Allergie à l’iode, mythe ou réalité? - VivaSanté

Allergie à l’iode, mythe ou réalité?

L’expression «allergie à l’ iode» fait partie du langage commun… à tort. Mais qu’en est-il exactement? L’ iode est-il vraiment impliqué et quand?

 

L’ iode, un élément naturel précieux pour notre organisme et constitue l’élément essentiel des hormones thyroïdiennes. L’excès comme la carence iodée sont associés à des pathologies qui peuvent être lourdes. On se souvient qu’autrefois on parlait de crétinisme, carence en iode qui touchait effectivement les populations vivant éloignées de la mer (en Suisse par exemple), et donc carencées en iode.

L’apport quotidien en iode doit être de 150µg pour un adulte. Ceci est bien sûr variable en fonction des conditions physiologiques: femmes enceintes ou allaitantes, … Théoriquement, une alimentation équilibrée est susceptible d’apporter une quantité suffisante d’iode, mais ce n’est pas toujours le cas. L’utilisation de sel de cuisine iodé (avec modération) constitue le meilleur moyen de pallier une éventuelle carence. Bref, l’iode est omniprésent dans notre environnement et personne n’y est allergique!

Iode et médecine
Les isotopes radioactifs de l’ iode sont utilisés en médecine, dans des examens d’imagerie médicale (scintigraphie, comme traceurs), ou aussi dans le traitement de certains cancers.

D’autres molécules contenant de l’ iode sont utilisées en imagerie médicale. C’est parfois vis-à-vis de ces produits que se développent des réactions d’hypersensibilité ou d’intolérance. Il ne s’agit pas à proprement parler d’allergie puisque le système immunitaire n’est pas impliqué. C’est donc plutôt une intolérance, qui provoque une libération d’histamine et peut provoquer sensation de chaleur, oedème, picotements et rougeur.

Les seuls médicaments contenant de l’iode et impliqués dans des réactions allergiques (on parle de moins de 1% des cas) sont les produits de contraste iodés pour l’imagerie médicale : la povidone iodée et l’amiodarone.  Il est clair que ce n’est pas l’atome d’ iode qui en est l’allergène (= le déclencheur), qui reste par ailleurs inconnu.

Docteur, je suis allergique aux crustacés…
Les allergies alimentaires vraies aux produits de la mer comme les crustacés ne constituent pas plus une contre-indication à l’usage des produits iodés. Les allergènes identifiés à l’origine d’une allergie aux poissons sont issus de protéines (protéines du muscle, gélatines des enveloppes de collagène…).

Que faut-il en retenir?
L’allergie à l’ iode fait donc partie du vocabulaire, mais elle ne correspond à aucune entité clinique réelle. Il serait utile de bannir cette expression du vocabulaire, car elle peut induire une peur et l’évitement infondé de traitements ou de moyens diagnostiques tant de la part du patient que des soignants. Par ailleurs, il est démontré que même si une réaction allergique survient avec un produit de contraste iodé, cela ne constitue pas une contre-indication aux médicaments iodés des autres familles thérapeutiques ou aux antiseptiques de type iso-Betadine.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone

Articles similaires