Calvitie: pourquoi vos cheveux vous lâchent-ils? - VivaSanté

Calvitie: pourquoi vos cheveux vous lâchent-ils?

2/3 des hommes vont connaître une perte de cheveux vers l’âge de 35 ans, et vers 50 ans, ce sont 85% des hommes qui expérimentent une sévère chute de cheveux. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils vont développer une véritable calvitie!

Messieurs, vos cheveux se font de plus en plus rares sur votre crâne. La calvitie vous menace-t-elle?
Existe-t-il un traitement pour inverser la chute? La dermatologue Françoise Guiot vous dit tout sur un mal qui touche deux hommes sur trois.

PAS UNIQUEMENT UNE QUESTION D’HÉRÉDITÉ
La principale cause de la calvitie est un excès d’hormones mâles. Cet excès est héréditaire. D’autres causes peuvent entrer en ligne de compte: certains médicaments (chimiothérapie, anticoagulants, immunosuppresseurs, statines…), un choc psychologique, le stress, des carences alimentaires…

DES CYCLES QUI SE RACCOURCISSENT
Les cheveux suivent un cycle immuable: d’abord, la phase anagène (le cheveu pousse), catagène (phase de repos) puis télogène (le cheveu meurt et tombe). Ce cycle dure en moyenne entre un et quatre ans.

La calvitie est liée à une hyperactivité d’une enzyme, appelée 5 alpha-réductase, qui va accélérer le cycle pileux. Mais en accélérant les cycles, cette hyperactivité va épuiser toutes les potentialités du bulbe à se régénérer. Cela le fera vieillir prématurément, jusqu’à ce que le cheveu ne repousse plus.

«On évalue la gravité de l’alopécie selon la classification d’Hamilton qui va de 1 à 7», explique le Dr Francoise Guiot. «Dès les stades 1 à 3, les cheveux commencent à tomber sur le front, jusqu’à laisser apparaître le sommet du crâne au niveau du vertex. Au-delà du stade 4, il devient difficile d’agir contre la calvitie. Il est donc important de très vite prendre en charge un début d’alopécie».

QUELLES SOLUTIONS?
«Il est dans tous les cas conseillé de consulter rapidement un dermatologue pour diagnostiquer le type d’alopécie, et le traitement qui s’y rapporte» explique encore la dermatologue.
«Il s’avère en effet plus facile de retarder la chute que de favoriser la repousse». «Différentes solutions cosmétiques existent, sous forme de shampooings spécifiques, de lotions, de sérums». Mais l’alopécie androgénétique chez l’homme nécessite une prise en charge par un traitement médicamenteux.
Un traitement local par une solution de minoxidil de 2% à 5% est bénéfique chez la majorité des patients. Le minoxidil est un traitement médicamenteux, exigeant 2 applications quotidiennes. Il permet de ralentir la chute, ce qui se traduit par une augmentation du nombre des cheveux. Le minoxidil a une efficacité réelle pendant toute la durée du traitement mais elle cesse dès que l’on arrête son application. La finastéride, un traitement prescrit dans l’hypertrophie prostatique, s’est avérée avoir une grande efficacité sur l’alopécie androgénétique: 80% des chutes de cheveux sont stoppées avec la prise de 1mg/jour. Comme pour le minoxidil, ses effets s’arrêtent en même temps que l’on stoppe le traitement.

LES MICRO-GREFFES CAPILLAIRES, UN RÉEL ESPOIR
Certains cheveux tombent définitivement (creusement des golfes temporaux, frontaux…) et certains cheveux ne tombent jamais (couronne, nuque…) car ils n’ont pas le même dosage hormonal. «L’idée de transplantation capillaire ou micro-greffe est tout naturellement née de cette constatation scientifique», explique Françoise Guiot.
«On prélève les cheveux à l’arrière du crâne (pas sensible aux hormones, et ne tombent donc pas) et de les réimplanter un à un au niveau des zones de faible densité. Les cheveux réimplantés continuent leur cycle naturel sur le nouveau site pendant toute la durée de vie. L’intervention se pratique en hôpital de jour, sous anesthésie locale, et dure de 4 à 8 heures selon l’importance de la surface à traiter».

LES CELLULES SOUCHES, LA SOLUTION DU FUTUR?
De nouvelles techniques sont en cours d’élaboration. Des chercheurs s’appuient sur la génétique pour essayer de trouver des éléments nouveaux dans la lutte contre la perte des cheveux. Ainsi la stimulation des cellules souches responsables de la pousse des follicules pileux pourrait être réalisée afin de donner une seconde vie aux cheveux.
Samumed, un laboratoire pharmaceutique américain, est actuellement en train de tester un nouveau médicament pour prévenir et freiner la chute des cheveux. Et les premiers résultats sont encourageants.
La molécule, appelée SM04554, activerait les circuits biologiques responsables de la pousse du cheveu, ceux-là même qui sont perturbés en cas d’alopécie androgénétique.

ET L’ALIMENTATION?
Une alimentation normale, diversifiée, équilibrée et riche en acides aminés est gage de bonne santé. Des carences importantes en protéines et vitamines peuvent favoriser la chute des cheveux (cystéine, cystine, zinc, silice, kératine…). On retrouve ces éléments nutritifs dans des aliments tels que la viande rouge, les céréales complètes, le poisson, les légumes verts, les oeufs. Certains compléments nutritionnels spécifiques à la perte de cheveux peuvent compléter cette alimentation.

POUR L’ARTICLE COMPLET : VIVA SANTE NR 30

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone