Pourquoi végétarien? - VivaSanté

Pourquoi végétarien?

This post is also available in: Néerlandais

Nombre de nos concitoyens sont persuadés que consommer moins de viande, ou encore mieux, ne plus en consommer du tout, permettrait de sauver notre planète. Que ce soit en raison de considérations éthiques, religieuses ou écologiques, ou de goût, la question mérite d’être posée: une alimentation végétarienne est-elle bonne pour la santé ou plus saine que notre régime occidental classique?

Tout sauf un caprice de la mode
Le végétarisme et la conviction en vertu de laquelle il serait bénéfique d’exclure la viande de notre alimentation ne datent pas d’hier. Les pythagoréens ou disciples de Pythagore (5e siècle avant JC) ainsi que les mathématiciens et philosophes grecs étaient convaincus que leur existence d’ascètes, laquelle impliquait de ne pas consommer de viande, avait de nombreux bienfaits pour la santé. Le végétarisme moderne date du 19e siècle environ, avec le mouvement Quaker et les adventistes du 7e jour (Dr Kellogg’s). Pour une approche scientifique des bienfaits en matière de santé et de bien-être d’une alimentation végétarienne, il faut attendre les années 70-80.

Un peu de vocabulaire
Le terme «végétarisme» désigne de nombreux schémas alimentaires. Mais la définition stricte d’un végétarien est la suivante: personne qui ne mange ni viande, poisson et volaille, ni autres produits d’origine animale nécessitant avant tout la mise à mort de l’animal.
Un végétarien consomme donc des œufs et des produits laitiers. On parle également de régime lacto-ovo-végétarien. Le lactovégétarisme exclut les produits laitiers tandis que les ovovégétariens renoncent quant à eux aux œufs ou aux produits qui en contiennent. Les adeptes du véganisme ne consomment et n’utilisent quant à eux aucun produit ou aucune matière d’origine animale, comme le cuir. En outre, il existe également des pesco-végétariens, lesquels excluent la viande mais mangent du poisson, ainsi que des flexitariens qui consomment exceptionnellement de la viande. Ceux qui souhaitent donc contribuer à la préservation des ressources de notre planète n’ont donc que l’embarras du choix.

Et les risques?
Reste la question de savoir si toutes ces exclusions n’entraînent pas des carences chez l’être humain. Une distinction doit être faite entre le véganisme et toutes les autres formes de végétarisme. Les adeptes du véganisme présentent effectivement des carences en certains nutriments et vitamines, la principale étant la vitamine B12 que l’on trouve uniquement dans les produits d’origine animale. Leur consommation de vitamine D, de calcium, de zinc, de fer et d’iode risque également d’être inférieure à celle recommandée. Les vitamines et minéraux sont des nutriments que notre organisme n’est pas en mesure de produire lui-même et que nous devons par la force des choses puiser dans notre alimentation ou dans des compléments. Les personnes véganes devront combler leurs carences, notamment en vitamines B12 et D, à l’aide de compléments.

Il en va autrement des végétariens. Un menu végétarien peut fournir tous les nutriments nécessaires pour autant qu’il garantisse des associations adéquates afin d’éviter les carences. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet dans la suite de cet article. Il est préférable de ne prendre de compléments que lorsqu’un test sanguin établit effectivement une carence en certaines substances, carence ne pouvant être comblée par le schéma alimentaire choisi. Les associations de premier plan «American Dietetic Association» et «Dieticians of Canada» affirment également qu’un régime végétarien adéquat garantit un apport suffisant en nutriments et offre même des avantages pour la santé en matière de prévention et de traitement de certaines affections (p. ex. les maladies cardiovasculaires).

Le régime végétarien est-il adapté à tous?
L’adoption d’un régime végétarien adapté peut satisfaire aux besoins de toute personne en bonne santé, même dès le plus jeune âge. Pour les groupes à risque comme les personnes âgées fragilisées, les malades et les personnes affaiblies, supprimer viande, poisson et volaille du régime alimentaire n’est pas recommandé. Un avis médical est tout du moins indispensable. En effet, les besoins de ces catégories sont généralement supérieurs à ceux des personnes en bonne santé, tandis que les personnes affaiblies éprouvent en outre davantage de difficultés à s’alimenter en suffisance. Les végétariens doivent de plus consommer davantage de protéines pour satisfaire leurs besoins, car les protéines végétales présentes notamment dans les céréales et les légumineuses ne sont pas toujours complètes. Cela signifie que certains acides aminés ou particules à partir desquelles sont constituées les protéines peuvent faire défaut, tandis que le fer d’origine végétale est quant à lui moins bien assimilé par l’organisme que le fer d’origine animale. Pour satisfaire leurs besoins, les végétariens ont donc généralement besoin d’une alimentation plus conséquente que les personnes qui mangent de tout.

 

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone

Articles similaires