Allergie de contact : des allergènes parfois inattendus - VivaSanté

Allergie de contact : des allergènes parfois inattendus

Les sources d’allergie de contact se diversifient. L’usage fréquent des téléphones portables explique certains nouveaux cas d’eczéma de contact. Le nickel est en la cause trois fois sur quatre; dans les autres cas, c’est le chlorure de cobalt ou le bichromate de potassium. En dépit d’une directive européenne et, quel que soit le prix de l’appareil, du nickel est retrouvé dans environ 20% des téléphones mobiles. Des dermatites de contact ont également été rapportées avec des montres connectées.

Plusieurs préparations pharmaceutiques ou cosmétiques sont
formulés avec des plantes. Baume du Pérou, benjoin, préparations appliquées sur
la peau à base d’astéracées (arnica, camomille), huiles essentielles (lavande,
menthol, laurier…) peuvent ainsi être, elles aussi, responsables d’allergies de
contact. On a même vu des eczémas se réactiver après consommation d’une
infusion de camomille. Ces eczémas aux plantes sont souvent sévères et la
polysensibilisation est fréquente.

 

Autre tendance, l’adoption à la maison de «nouveaux animaux
de compagnie
» (ou NAC). «La présence de ces animaux déclenche plus souvent des
allergies respiratoires que cutanées. Mais des urticaires ont été observées
après lavage de furet, contact avec un chinchilla, morsure de hamster, piqûre
d’épines de hérisson. Il faudra penser à la nourriture des animaux (cas
d’urticaire après contact avec des larves de chironomides utilisées pour le
nourrissage des poissons, ou avec des pissenlits pour nourrir le lapin).»Actua parue dans le magazine “Le Journal du Patient” N° 24

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone