Alzheimer, quand la mémoire s’emmêle… (Part 1) - VivaSanté

Alzheimer, quand la mémoire s’emmêle… (Part 1)

J’oublie tout! Est-ce la maladie d’Alzheimer?
La mémoire est la première fonction cognitive affectée par la maladie d’Alzheimer, mais attention à ne pas confondre… Le «trou» de mémoire (oublier ses clés, un rendez-vous, égarer ses lunettes…) est un phénomène banal lié à un ralentissement du traitement de l’information. 

Comment vit-on quand, jour après jour, la mémoire s’effiloche et que la vie voyage en allers-retours entre raison et déraison? Le point avec le Pr Jean Jacquy, neuropsychiatre au CHU de Charleroi. 
Une maladie du cerveau
En Belgique, la maladie d’Alzheimer touche plus de 85.000 personnes, un chiffre qui pourrait tripler d’ici 2050. Ses causes ne sont pas toutes connues et elle est d’autant plus difficile à cerner que ses manifestations s’expriment différemment d’une personne à l’autre. Mais la recherche reste active contre ce fléau.
«Pour fixer l’information, il faut être attentif, sinon on ne l’enregistre pas ou mal, il s’agit alors d’un trouble attentionnel. Dans la plainte mnésique (qui concerne la mémoire), on sait que les lésions débutent dans l’hippocampe de notre cerveau. Ce dernier se comporte comme un entonnoir qui met les informations en mémoire, c’est le ‘péage de l’autoroute des souvenirs’. Chez le malade Alzheimer, l’hippocampe s’atrophie et ne transforme plus les souvenirs récents en traces mnésiques, il ne les grave plus sur son disque dur. En revanche, la mémoire des faits anciens est plus longtemps conservée.» 
Le taux de maladie d’Alzheimer est le plus important au-delà de 80 ans.
Quels sont les autres signes qui doivent alerter l’entourage?
Des troubles du langage aussi bien écrit que parlé doivent interpeller rapidement les proches, de même que des troubles du raisonnement, une confusion mentale, la désorientation dans l’espace et le temps: la personne malade perd ses repères, surtout face à de nouvelles situations, et la notion du temps (date, jour, horaire). On observe également des évolutions dans la personnalité du patient: certains traits de caractère sont renforcés, d’autres transformés. Des sautes d’humeur peuvent également être  de plus en plus fréquentes. Le patient peut également se replier sur lui-même en s’enfermant dans une bulle de silence. Cet isolement verbal ne fera qu’amplifier sa solitude sociale et aggravera ses troubles.
Si la plainte principale de nombreux patients est l’oubli, d’autres affichent surtout des problèmes d’humeur.
Ne pas laisser le patient s’isoler…
Dès le stade léger, le patient atteint de la maladie d’Alzheimer présente des troubles de la mémoire et de ses fonctions cognitives (c-à-d fonctions intellectuelles: mémoire, raisonnement, expression, acquisition et traitement de l’information) (voir encadré). Ces troubles le perturbent au quotidien, dans la gestion de son budget ou bien encore dans ses déplacements. Efficaces aux stades légers et modérés, les programmes de rééducation et de réhabilitation cognitive exploitent les capacités restantes du patient. Ils n’empêchent pas la progression de la maladie ni ne permettent de ‘récupérer’ la mémoire. 
INFO:

– Alzheimer Belgique ASBL: www.alzheimerbelgique.be , Ecoute téléphonique et renseignements 24h/24: 02/428.28.19
– Vlaamse Alzheimer Liga: www.alzheimerliga.be ou 014/43.50.60
– Numéro gratuit: 0800/15225
– Alzheimer Café: www.alzheimercafe.be 

Nathalie Evrard

Lisez la suite sur: Alzheimer, quand la mémoire s’emmêle… (Part 2)

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone