Des hommes sexuellement trop rapides! - VivaSanté

Des hommes sexuellement trop rapides!

This post is also available in: Néerlandais

C’est une préoccupation importante chez les hommes: nombre d’entre eux ont souvent l’impression d’être «trop rapides» lorsqu’il s’agit de faire des galipettes. Mais qu’est-ce que l’éjaculation précoce et existe-t-il des solutions?

Éjaculation précoce ou prématurée?
«Éjaculation prématurée» est le terme utilisé préférentiellement à celui d’éjaculation précoce. Mais quels sont les critères qui permettent d’estimer qu’une éjaculation est trop rapide? «Selon une majorité de sexologue, ces critères sont au nombre de cinq» expliquent Philippe Kemeneers (psychologue clinicien), Sabrina Bauwens (sexologue) et Robert Andrianne (urologue), auteurs du livre «Lutter contre l’éjaculation précoce».

«L’éjaculation survient avant qu’on ne le souhaite: le souhait est un critère fondamental, mais cela ne suffit pas pour justifier de façon formelle le diagnostic. L’éjaculation se produit suite à des stimulations minimes du pénis. La difficulté se produit régulièrement, dure depuis un certain temps et n’est pas due exclusivement à la rareté des activités sexuelles.»

L’éjaculation prématurée est considérée aujourd’hui comme la dysfonction sexuelle la plus fréquente chez l’homme.

Jouir sans plaisir et trop vite…
Jouir sans plaisir, ou du moins trop rapidement pour en profiter convenablement, voilà comment un homme ressent ce trouble de la sexualité. «L’éjaculation précoce concerne les hommes qui éjaculent endéans la première minute de pénétration», explique Robert Andrianne, professeur d’urologie à l’ULg. «Une éjaculation normale pour un homme se fait entre 5 et 6 minutes après le début du rapport sexuel.

Alors que pour qu’une femme atteigne l’orgasme, il faut entre 5 et 27 minutes. Il est donc difficile que les deux rencontrent leur plaisir en même temps». L’éjaculation précoce «est pour 5% d’origine génétique, mais pour les 95% restants, il s’agit d’un problème de confiance en soi, d’anxiété ou encore de mauvaise gestion de l’excitation», précise encore Robert Andrianne. Gérer son comportement sexuel adéquatement est un art qui se développe avec l’expérience, et ce processus s’opère spontanément chez bon nombre de personnes, chez d’autres parfois il est parfois plus difficile.

Sujet tabou
S’il est peu évoqué, le trouble de l’éjaculation précoce n’est pas un phénomène rare. Il touche un homme sur cinq.

Mais pourquoi?
On distingue les hommes souffrant d’éjaculation précoce pendant toute leur vie sexuelle (EP primaire) et d’autres qui s’en plaignent plus tardivement, le trouble accompagnant alors des difficultés érectiles (EP secondaire). L’éjaculation précoce, dont les causes restent complexes et mal connues, a une composante innée, génétique (polymorphisme dans le gène du transporteur de la dopamine). Elle peut aussi être acquise et résulter alors souvent d’une anxiété de performance et/ou de problèmes psychologiques mais également de troubles prostatiques, d’une hyperthyroïdie ou accompagner le sevrage de certaines drogues.

L’éjaculation précoce est le plus souvent due à un défaut d’apprentissage des aptitudes sexuelles.

Des solutions existent
Une consultation en couple et un travail avec l’aide du partenaire peuvent aider à combattre l’éjaculation précoce et harmoniser les relations sexuelles. Ce trouble se soigne et se guérit, si la personne reprend confiance en elle et affiche une réelle motivation de changement. La première chose essentielle dans le trouble de l’éjaculation est d’arrêter de croire que la pénétration est la seule manière de faire l’amour.

«C’est faux bien sûr» expliquent les auteurs du livre, «mais les pressions culturelles sont telles qu’on a vite fait de le croire, et de croire que son partenaire le vit ainsi. Des quiproquos se mettent alors en place et peuvent être à l’origine de véritables fixations anxieuses sur les délais d’éjaculations.»

Réapprendre à faire l’amour
L’éjaculation est le point d’aboutissement d’une série de réactions sensorielles et motrices qui se renforcent mutuellement. Elle est en somme la conséquence réflexe de l’excitation. Ce réflexe est parfaitement involontaire, on ne peut pas se retenir d’éjaculer comme on se retiendrait, par exemple, d’uriner. Cependant, si l’on n’a aucun pouvoir sur le réflexe éjaculatoire, on en a bien un sur la modulation de l’excitation.

Il est donc important d’intégrer une gestuelle qui permette de mieux gérer l’excitation, et dès lors, de récupérer un certain contrôle sur les délais d’éjaculation. Tel est le but d’un traitement comportemental. Des spécialistes vous proposeront différentes méthodes pour contrecarrer la montée orgasmique rapide: favoriser les préliminaires longs, les caresses alternatives, l’apprentissage de la respiration abdominale, la découverte de la masturbation «poignet fixe» (lire encadré)…

Au final, il est important de garder à l’esprit qu’une amélioration des capacités de contrôle ne signifie pas un contrôle total dans 100% des rapports sexuels, ce serait illusoire. Il est tout à fait normal pour un homme de se laisser aller de temps en temps, de s’abandonner à son propre plaisir sans devoir se soucier d’autre chose.

Et puis, on n’est pas toujours en forme… L’important dans la prise en charge de l’éjaculation précoce, c’est que vous ayez également appris de nouveaux gestes, et que vous puissiez adapter votre plaisir à celui de votre partenaire. L’important n’est pas de réussir «son coup» à chaque fois, mais de ne pas le rater trop souvent.

Des solutions médicamenteuses pour vous aider
Certaines solutions médicamenteuses peuvent parfois s’avérer utiles. L’amélioration sexuelle retirée d’un médicament reste toutefois généralement tributaire du médicament, le bénéfice de durée étant obtenu d’un agent chimique et non d’un apprentissage. Ils ne peuvent être considérés comme une première approche, et doivent être inclus dans une prise en charge globale.

«Veillons à ce que nos espoirs de performances placés dans les médicaments n’éludent pas le principal: notre plaisir», concluent les experts. «Il est important d’arrêter de considérer l’éjaculation précoce comme une maladie ou une performance à atteindre, il faut prendre son temps, du plaisir et cela passe par de la tendresse, de la sensualité et de l’écoute.»

La définition officielle
L’éjaculation précoce se définit comme une éjaculation qui se produit chaque fois ou presque avant ou au cours de la première minute qui suit la pénétration vaginale. Elle est aussi l’impossibilité de retarder l’éjaculation lors de quasi chaque tentative, avec des conséquences négatives pour la personne qui en souffre, ces conséquences allant de la détresse à la frustration en passant par le refus de toute relation sexuelle.

La masturbation à poignet fixe… vous avez dit Docteur…
Couchez-vous confortablement sur le dos, écartez légèrement les jambes et enserrez votre pénis dans votre main. Attention, votre main va rester immobile, c’est votre bassin qui va bouger, le mouvement masturbatoire va être produit par le mouvement de votre bassin, pas de la main… ce mode masturbatoire est donc l’inverse du mode courant, il offre l’avantage d’entrainer un ralentissement automatique du mouvement, rythme plus adapté à une gestion plus retenue de l’excitation et qui permet une meilleure diffusion de vos sensations physiques.

Pour en savoir plus…
Lutter contre l’éjaculation précoce
Guide pratique
Ecrit par 3 chercheurs belges (Liège, Bruxelles, Louvain-la-Neuve): Philippe Kempeneers, Sabrina Bauwens, Robert Adrianne.
Un livre assimilé à un véritable traitement car il offre à tous les hommes et à tous les couples confrontés à ce problème des informations et des conseils afin de tenter de remédier à ce type de difficulté.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone

Articles similaires