Diarrhée La réhydratation orale comme premier traitement - VivaSanté

Diarrhée La réhydratation orale comme premier traitement

Les diarrhées touchent les enfants par épidémie durant les mois d’hiver. Ce sont les gastro-entérites qui demandent une attention particulière en raison des risques de déshydratation qu’elles font courir, en particulier aux nourrissons.

Le rotavirus est l’un des principaux agents responsables des gastro-entérites aiguës du nourrisson. Il est particulièrement contagieux et résistant.
Tous les enfants seront infectés au moins une fois avant l’âge de 2 ou 3 ans et ils peuvent l’être plusieurs fois, le plus souvent par différents types du virus.

Les gastro-entérites surviennent le plus souvent entre octobre et mai, avec un pic d’incidence entre janvier et mars, et sont liées à la saisonnalité des infections à rotavirus.

Le vrai danger
Les vomissements constituent souvent le premier symptôme et ils précèdent en général la diarrhée. Les selles sont très liquides, ressemblent à de l’eau, et l’enfant peut également avoir de la fièvre et des douleurs au ventre. Le grand danger qui guette l’enfant devant toute diarrhée, quelle que soit sa cause, est la déshydratation.

En effet, la diarrhée et les vomissements entraînent une perte d’eau et d’électrolytes (comme le sodium) qui peut être importante. Chez un petit enfant, les réserves en eau sont limitées et il peut donc se déshydrater rapidement. Soyons vigilants! Ne l’oublions pas, un bébé et un petit enfant ne savent pas dire quand ils ont soif ou s’ils ne se sentent pas bien.

Avant tout, des conseils alimentaires
Si l’enfant est nourri au sein, il ne faut pas stopper l’allaitement, mais conseiller à la maman de ne pas boire de jus de fruit et de limiter la consommation de légumes pendant quelques jours.
Chez l’enfant nourri au biberon, un changement de lait est parfois nécessaire. Cela devra se faire avec l’avis de votre médecin (lait sans lactose par exemple).

Si l’enfant mange déjà à la cuillère, il faut bien sûr stopper tout apport d’aliments contenant des fibres (crudités, légumes verts,…). Il faut privilégier la consommation de riz, de carottes cuites et de viandes non grasses. Côté fruits, sont autorisées les bananes, la purée de coing et les pommes crues.

Quelles solutions?
Les solutions de réhydratation orale (SRO, ou ORS en anglais) doivent être préférées à toute autre boisson, parfois à risque (soda, coca,…), et les experts recommandent à toutes les familles avec des bébés d’en avoir préventivement dans l’armoire à pharmacie, afin d’être en mesure de réhydrater un enfant le plus rapidement possible en cas de diarrhée.

Les SRO sont constituées d’eau, de sel et de sucre dans des proportions idéales pour une réhydratation optimale. Ce traitement n’agit pas sur le virus, mais corrige une des complications les plus graves de la diarrhée aiguë. En cas de déshydratation prononcée, une réhydratation en milieu hospitalier s’impose. On peut dire qu’un enfant est réhydraté quand la diarrhée est terminée et quand l’enfant a retrouvé son poids d’avant sa maladie et le maintient.

Pas de médicament sans avis médical…
Seul le médecin décidera si un traitement médicamenteux est nécessaire pour soigner une diarrhée. Le microbiote, ou flore intestinale, joue un rôle de barrière contre les micro-organismes pathogènes en les empêchant de se fixer sur la paroi intestinale par divers mécanismes. Certaines souches de probiotiques validées scientifiquement reconstituent la barrière intestinale en cas d’épisode infectieux; elles apportent un bénéfice dans le traitement des diarrhées.

On retrouve ces souches de probiotiques validées dans certains yaourts et certains compléments alimentaires ou médicaments.
Un dispositif médical, le tannate de gélatine, stoppe rapidement la diarrhée et rétablit les fonctions physiologiques de l’intestin en diminuant l’adhésion et l’agression des agents pathogènes et en prévenant le développement de l’inflammation.

Il est conseillé de consulter son médecin pour tout enfant âgé de 2 ans ou moins présentant une diarrhée aiguë/gastro-entérite, avec ou sans vomissements. Il vous dira alors, en fonction des symptômes, du contexte et de son état d’hydratation ou encore de sa tolérance aux aliments, si vous pouvez essayer une réhydratation par voie orale à la maison à l’aide de sachets de réhydratation. Quel que soit le traitement qui vous a été prescrit, respectez la dose, la fréquence de prise et la durée du traitement. Il ne faut jamais prendre un traitement de façon prolongée sans avis médical.

La prévention avant tout!
La gastro-entérite est une maladie contagieuse, en particulier la gastro-entérite virale. Plusieurs réflexes simples sont indispensables pour empêcher sa propagation:
– le lavage des mains avec du savon (si possible liquide) et de l’eau chaude, en prenant le temps de les essuyer correctement;
– les mains doivent être lavées après chaque passage aux toilettes, après avoir changé le nourrisson, mais également avant la préparation des repas et de passer à table;
– les serviettes utilisées par les enfants infectés ne doivent pas être utilisées par d’autres membres de la famille.

La vaccination contre le rotavirus permet d’éviter l’hospitalisation
En 2008, 453.000 enfants de moins de 5 ans sont décédés suite à une infection à rotavirus dans le monde. En Belgique, entre 2000 et 2004, la maladie a provoqué 5.600 hospitalisations et 286.000 cas ambulatoires. Depuis 2006, une série de vaccins destinés aux nourrissons, remboursés aux trois quarts par l’Inami, ont fait leur apparition en Belgique.

Une nouvelle étude, à laquelle 39 hôpitaux ont pris part, démontre que la vaccination est très efficace. Elle ne peut empêcher la maladie de se développer, mais les scientifiques ont déterminé que 67% des personnes vaccinées sont sérieusement malades, contre 86% chez les non-vaccinés. Et 91% des vaccinés échappent à une hospitalisation.

La vaccination contre les rotavirus est recommandée pour tous les nourrissons avant l’âge de 6 mois.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone