Je suis allergique - VivaSanté

Je suis allergique

Stallergenes lance une campagne de sensibilisation dévoilant le véritable fardeau de l’allergie aux acariens

Bruxelles, 25 Novembre 2013 – L’allergie aux acariens est une allergie pérannuelle. Toutefois, le début de l’automne marque le pic de la saison allergique dans certaines zones géographiques. L’humidité étant plus importante à cette période et les logements moins aérés, on constate une concentration accrue d’acariens  dans les maisons, entraînant le retour de symptômes allergiques handicapants (1). Souvent sous-estimés (2), les acariens sont pourtant la première cause d’allergies respiratoires. Ils sont à l’origine de 20 % de la totalité des rhinites allergiques et étroitement associés à un risque élevé de développer de l’asthme. (3).  (4) C’est un véritable enjeu de santé publique.

De par son engagement à informer toujours plus le grand public sur cette pathologie, Stallergenes lance une campagne de sensibilisation internationale pour encourager les personnes allergiques à mieux prendre en charge leur maladie.

L’allergie aux acariens: une menace invisible qui nuit à la santé du patient et affecte son quotidien
Inéluctablement présentes dans chaque foyer, ces petites bêtes invisibles se manifestent tout au long de l’année, pouvant déclencher ou même aggraver les symptômes allergiques.

Souvent assimilés à une grippe ou à un rhume, la rhinite allergique aux acariens déclenche des symptômes pérannuels gênants tels que des éternuements à répétition, un écoulement nasal, une congestion nasale, une irritation des yeux ou de la gorge pouvant conduire à une otite, une sinusite, de la fatigue ou même vers l’asthme.

Alors que 8 personnes sur 10 souffrant de rhinite allergique semblent s’être résignées à vivre avec  leurs symptômes2, on observe une période de 7 années d’errance médicale durant laquelle les personnes allergiques ne sont pas prises en charge correctement (5), et donc non soulagées. L’allergie aux acariens a un impact significatif sur la qualité de vie des patients, perturbant leurs activités quotidiennes : activités sociales, sports, tâches ménagères (62 %) et entraînant également une détérioration de leur sommeil (54 %) (6).

Certains résultats cliniques ont montré que le niveau d’exposition à l’allergène dès l’enfance peut conduire à des complications médicales sérieuses. D’autre part, il a également été démontré qu’une sensibilisation précoce aux acariens, contrairement aux autres allergènes, peut déclencher des problèmes respiratoires à l’âge adulte. (7)

De ce fait, ces symptômes peuvent devenir plus gênants pour le patient, d’où la nécessité de consulter un spécialiste dès l’apparition des premiers symptômes.

‘Je suis allergique’ une campagne décalée pour sensibiliser le grand public sur l’allergie aux acariens
Sachant que près de la moitié des personnes allergiques aux acariens restent non-diagnostiquées (8), Stallergenes a choisi, cette année, de renforcer la prise de conscience du grand public autour de cette pathologie. Déclinée sur le ton de l’humour, cette campagne de sensibilisation se présente sous la forme de vidéos explicites et d’un site internet informatif, et sera également relayée dans les salles d’attente des spécialistes.

Stallergenes a  donc réalisé deux vidéos décalées qui mettent en scène, dans des situations banales de la vie courante, deux profils de patients allergiques différents, illustrant  ainsi l’impact de la maladie sur le quotidien. Jouant la carte de l’humour, en poussant les situations à l’extrême, ces deux vidéos montrent la manière dont cette pathologie peut pousser les personnes allergiques à avoir une réaction disproportionnée, et notamment à prendre  des mesures radicales pour éviter une quelconque exposition aux acariens.

En développant le premier site web complet sur l’allergie aux acariens, Stallergenes s’attache à apporter aux personnes souffrant d’allergies respiratoires des conseils et des informations personnalisées. Via de courts questionnaires, Stallergenes aide le patient à évaluer non seulement la sévérité de sa maladie, mais aussi l’impact sur sa vie personnelle et professionnelle, et ce afin qu’il puisse mieux prendre en charge sa maladie.

En s’appuyant sur différents outils, la campagne vise à amener les personnes allergiques à mieux comprendre cette maladie chronique ainsi que les solutions thérapeutiques qui existent. Dans cette perspective, ce dispositif sera également relayé par une campagne d’affichage dans les salles d’attente des spécialistes à travers toute la Belgique.

Pour en savoir plus: www.jesuisallergique.be

Focus sur les acariens: faites connaissance avec ces petites bêtes invisibles
Les acariens se nourrissent de nos peaux mortes et prospèrent au cœur de nos maisons. On les trouve dans les literies, les tapis et dans les tissus d’ameublement. Ce ne sont pas les acariens eux-mêmes qui sont à l’origine de la réaction allergique, mais les protéines contenues dans leurs déjections et dont l’effet  perdure même après leur mort. Si les mesures d’éviction peuvent réduire le risque de réaction allergique,  elles n’éliminent cependant pas complètement la présence d’allergènes d’acariens. Souvent, cela peut être suffisant pour améliorer les symptômes, mais l’éviction ne peut pas suffire à obtenir des résultats pérennes pour la santé du patient.

La rhinite allergique: l’évolution naturelle de la maladie
La rhinite allergique touche 500 millions de personnes dans le monde (9). Les symptômes se caractérisent par des formes dites  légère à sévère : près de 15 à 20 % des patients souffrent de la forme la plus sévère (10) ; et il existe une plus grande prévalence chez les enfants (42 %). (11)
Outre des complications médicales, la rhinite allergique peut avoir des conséquences négatives sur le quotidien telles qu’une diminution de la productivité et de la performance au travail. De plus, des résultats cliniques ont souligné l’impact des symptômes sur la qualité du sommeil, les fonctions cognitives et le bien-être psychologique des malades, perturbant  ainsi leur développement personnel (12).

Témoignages de patients / l’allergie, vue de l’intérieur (13).
– “Il y a des jours, dès le réveil, tu sais que tu vas passer une mauvaise journée, c’est un désastre…” Sophia, 33 ans

– “Les gens pensent qu’on est malade tout le temps et que l’on est toujours en train de se plaindre”, Philippe, 33 ans

– “Quand je tousse, les gens me regardent comme si j’avais une étrange maladie contagieuse” Victor, 53 ans

A propos de Stallergenes
Stallergenes est un laboratoire biopharmaceutique international qui se consacre au traitement des maladies respiratoires allergiques, telles que la rhinoconjonctivite et la rhinite sévère, ainsi que l’asthme allergique, par immunothérapie allergénique. Leader des traitements d’immunothérapie sublinguale, Stallergenes consacre environ 20% de son chiffre d’affaires annuel en données brutes à la recherche et développement et est engagé dans le développement de comprimés  d’immunothérapie sublinguale. En 2012, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 243 millions d’euros et plus de
500 000 patients ont été traités avec des médicaments Stallergenes.
www.stallergenes.be

1. Crisafulli D. et al. Seasonal trends in house dust mite allergen in children’s beds over a 7-year period Allergy 2007: 62: 1394–1400
2. Valovirta E, Lheritier-Barrand M, Tauleigne L, David M, Lemonnier L, Rolland C. Patient’s perceptions and experience of house dust mite allergy in a European survey. Eur
3. Shaaban R, Zureik M, Soussan D, et al. Rhinitis and onset of asthma: a longitudinal population-based study. Lancet. 2008 Sep 20;372(9643):1049-57.
4. Bousquet J, et al. Geographical variation in the prevalence of positive skin tests to environmental aeroallergens in the European Community Respiratory Health Survey. Allergy 2007: 62: 301–309.
5. Demoly P et al. L’offre de soins en allergologie en 2011. Revue française d’allergologie. 51 (2011) 64-72.
6. Profile of adult patients with severe respiratory allergies to house dust mite (HDMs) allergens: a survey in three European countries. Abstract EAACI 2013
7. Lodge CJ, Lowe AJ, Gurrin LC, et al. House dust mite sensitization in toddlers predicts current wheeze at age 12 years. J Allergy Clin Immunol. 2011 Oct;128(4):782-8 e9.
8. Bauchau V, Durham SR. Prevalence and rate of diagnosis of allergic rhinitis in Europe. Eur Respir J. 2004 Nov;24(5):758-64.
9. Bousquet J. et al. Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma (ARIA).Allergy 2008: 63 (Suppl. 86): 8–160
10. White P. et al. Symptom control in patients with hay fever in UK general practice: how well are we doing and is there a need for allergen immunotherapy? Clinical and Experimental Allergy. 1998: 28: 266-270.
11. Kremer B. et al. Relationship between allergic rhinitis, disturbed cognitive functions and psychological well-being. Clin Exp Allergy 2002;32:1310-15.
12. Santos C-B. et al. Allergic rhinitis and its effect on sleep, fatigue, and daytime somnolence, Ann Allergy Asthma Immunol. 2006;97:579–587
13.Qualitative survey including 20 in-depth semi-directive interviews conducted by LT Insight on behalf of Stallergenes, in April 2012 in France, Germany, Italy and Spain with patients suffering from house dust mite allergy

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone