L'alcool, des dégâts à tout âge, et à tous les étages - VivaSanté

L’alcool, des dégâts à tout âge, et à tous les étages

This post is also available in: Néerlandais

L’ivresse n’est pas la seule conséquence d’une consommation excessive d’alcool. L’alcool est responsable de 3,4% des décès à travers le monde.
Le point sur les conséquences liées à une consommation excessive et régulière d’alcool. 



Alcool, le péril des étudiants 
Le mode d’alcoolisation a changé au cours de ces 20 dernières années. Les jeunes boivent de plus en plus tôt et de plus en plus, avec une nette tendance au binge drinking. Les jeunes ont tendance à la défonce. Ces formes d’alcoolisme sont les portes d’entrée classiques de l’alcoolisme de tous les jours. Les études ne manquent pas sur la relation entre la consommation d’alcool, et en particulier la biture express, et la durée de la scolarisation. De plus, la consommation d’alcool exerce un impact négatif sur les notes obtenues, un effet potentiellement lié à la réduction du nombre d’heures passées à étudier. Cette réduction des performances est particulièrement marquée chez les étudiants dont les capacités sont les plus élevées.


Suis-je alcoolique? 
Une consommation d’alcool est jugée excessive lorsque l’apport quotidien moyen atteint 60 grammes d’alcool au moins chez l’homme et 40 grammes chez la femme. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a défini que la consommation de 4 verres/jour chez l’homme est un comportement à risque. Mais au-delà de la quantité d’alcool, c’est aussi la dépendance qui va déterminer si la personne est alcoolique. Y a-t-il perte de contrôle de soi, y a-t-il un besoin impératif de boisson pour répondre à des problèmes émotionnels, y a-t-il des symptômes de manque comme des tremblements, de l’agressivité?

Des maladies parfois très graves 
Les dégâts de l’alcool portent sur tous les systèmes: foie, système digestif, système nerveux central, système cardiovasculaire, système immunitaire… Tous sont affectés de manière plus ou moins importante par l’alcool. Dans la majorité des cas, la relation entre maladie et alcool est dose-dépendante: plus la consommation d’alcool est élevée, plus grand est le risque de maladie.

Le taux de cancer chez les patients alcooliques est dix fois supérieur à celui de la population générale. Les sites des cancers liés à l’alcool sont l’œsophage, la jonction œsophage-estomac, le foie et le pancréas.

La bonne réputation d’une consommation modérée (environ deux verres par jour) sur la santé cardiovasculaire fait toujours l’objet de débats. Mais on sait que le risque d’hypertension et d’accidents vasculaires cérébraux augmentent avec la consommation d’alcool.

L’alcool, un véritable toxique pour le cerveau 
Une consommation excessive provoque des troubles de la mémoire, une anxiété, de la dépression, de l’insomnie et peut être à l’origine de suicides. Pour masquer ces émotions négatives et ce mal être, la consommation d’alcool est encore augmentée, entraînant un cercle vicieux, de plus en plus difficile à vivre.

Ais je un problème avec ma consommation d’alcool? 
3 signes qui doivent vous alerter… 

  • Je consomme pour régler des questions émotionnelles et affectives. 
  • En buvant, je perds le contrôle.
  • L’alcool a des conséquences sur ma vie sociale et ma professionnelle.

Extrait de l’article “L’alcool, des dégâts à tout âge, et à tous les étages ” du magazine “Le Journal du Patient” N° 24

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone

Articles similaires