Le diabète en quelques questions - VivaSanté

Le diabète en quelques questions

This post is also available in: Néerlandais

Pourquoi du sucre?
Le sucre (glucose) est utilisé par l’organisme pour produire l’énergie dont il a besoin. Il doit toujours être disponible pour les organes qui en usent. C’est d’ailleurs la seule source d’énergie pour notre cerveau! C’est pourquoi la concentration de sucre dans notre sang est assez constante (aux environs de 80-90mg/dl).

On parle d’hypoglycémie lorsque la concentration en sucre dans le sang est trop faible et d’hyperglycémie lorsqu’elle est excessive.

Comment la quantité de sucre dans le sang est-elle régulée?
La concentration de sucre (glucose) dans le sang est contrôlée par différentes hormones. L’insuline est l’une d’entre elles. Elle est produite par le pancréas et permet de faire pénétrer le sucre dans les cellules des différents organes, tels que le foie (pour le stocker sous forme d’amidon) et les muscles.

Ces réserves permettront d’affronter les situations où le glucose vient à manquer (par exemple entre 2 repas éloignés). La concentration en sucre dans le sang s’élève donc si l’insuline fait défaut ou n’est plus efficace. C’est ainsi que se développe le diabète, le glucose ayant un effet toxique sur nos cellules.

Comment différencier les diabètes de type 1 et de type 2?
Dans le diabète de type 1, les cellules du pancréas qui produisent l’insuline sont détruites via un processus auto-immunitaire (auto-destruction).

Dans le diabète de type 2, ces cellules s’épuisent à force de produire des quantités croissantes d’insuline afin de compenser la résistance à son action, puis finissent par mourir. Dans la grande majorité des cas, le diabète de type 2 se développe dans un contexte d’anomalies liées à l’obésité.

Le diabète est-il dangereux?
Oui, s’il est mal soigné: il diminue l’espérance de vie de plusieurs années et entraîne une série de complications sérieuses, dont les répercussions concernent la vie familiale, sociale et professionnelle. Par contre, un bon traitement réduit fortement le risque de complications.

Le diabète est-il douloureux?
Le diabète évolue généralement en silence, de manière insidieuse. Comme le diabète s’attaque également aux nerfs, il peut provoquer des tiraillements, des fourmillements, une diminution de sensibilité, mais aussi des sensations de brûlure, qui peuvent être simplement gênantes ou très douloureuses. On parle alors de polyneuropathie diabétique.

Près d’un diabétique sur deux se plaint de ces douleurs qui affectent les extrémités des membres. Après le stade douloureux, la sensibilité disparaît et le malade ne sent plus quand il se blesse: c’est ainsi que l’on explique par exemple les ulcères du pied qui ne cicatrisent que difficilement. Cela mène parfois jusqu’à l’amputation.

Quelle est la complication la plus nuisible du diabète?
Il s’agit des complications cardiovasculaires, qui constituent d’ailleurs la principale cause de mortalité chez les diabétiques. Ceux-ci courent un risque de décès par infarctus (risque multiplié par 2 à 3), un risque d’artérite (dégénérescence des artères avec processus inflammatoire) multiplié par 4 à 6 et d’accident vasculaire cérébral (AVC = «thrombose») doublé, voire triplé.

Quelles sont les autres complications du diabète?
Les complications sont directement liées aux lésions des vaisseaux des organes touchés: macro-angiopathie quand ce sont les gros vaisseaux (cœur, reins…), micro-angiopathie quand ce sont les petits vaisseaux touchés (yeux…). Ainsi, le diabète peut toucher tous les vaisseaux.

Si c’est le rein, cela peut mener à une insuffisance rénale.

Le diabète peut également abîmer les yeux et s’attaquer directement à la rétine (rétinopathie) et au cristallin (avec un risque de cataracte ) ou favoriser le développement d’un glaucome. C’est par ces mécanismes que le diabète peut rendre aveugle.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone

Articles similaires