Les lasers pour faire peau neuve - VivaSanté

Les lasers pour faire peau neuve

Couperose, petites taches, cicatrices, poils récalcitrants… les applications du laser sont nombreuses en dermatologie.

Le point sur quelques indications du laser avec Muriel Creusot, dermatologue.

Le champ d’application des lasers, lampes flash et maintenant des LED en dermatologie s’élargit de plus en plus. Les indications les plus fréquentes sont aujourd’hui le traitement des rougeurs de tout type, de la couperose chez l’adulte aux angiomes chez les enfants, l’épilation à visée esthétique ou médicale (hyperpilosités pathologiques), la prise en charge des rides, le photorajeunissement ou les détatouages. La liste n’est pas exhaustive car de nombreuses publications scientifiques font état de résultats de travaux de recherche et d’évaluation dans de nouvelles indications dermatologiques.

L’appareil «universel» n’existant pas encore, le dermatologue ou le centre laser médical dispose la plupart du temps de plusieurs machines (plateau laser) pour répondre aux indications les plus fréquentes.

Haro sur les poils indésirables
La demande d’épilation concerne habituellement des patientes ayant une pilosité anormale du visage et du corps (hirsutisme), souvent associée à une anomalie hormonale. Cette dernière doit faire l’objet d’une évaluation et d’une éventuelle correction, conjointement au traitement laser de la pilosité. Mais au-delà de cette indication, l’épilation par laser est devenue maintenant un traitement standard pour traiter à titre de confort toute pilosité gênante chez les femmes (jambes, bikini, aisselles…) et l’homme.

Lorsque l’on veut détruire du poil par laser, on utilise un laser dont la longueur d’onde a une bonne affinité pour le pigment. La lumière va traverser la partie superficielle de la peau sans faire de dégât et, lorsqu’elle rencontre en dessous le poil, il y a une interaction laser/pigment du poil avec libération de chaleur. Cette montée en température du poil va détruire le follicule pileux.

De nombreux dispositifs de lumière filtrée (lampes flash…) ont été mis sur le marché ces dernières années, ils équipent habituellement des centres d’esthétique non médicalisés. Il s’agit d’une technique moins spécifique qu’un laser et nécessitant de plus nombreuses séances.

La demande d’épilation devient de plus en plus importante, même pour les hommes. Depuis plus de 15 ans, les technologies lasers ont révolutionné l’épilation.

Gommer ces vilaines rougeurs
«Nous utilisons des lasers en dermatologie depuis près d’une trentaine d’années et les lasers vasculaires ont été parmi les premiers utilisés», explique Muriel Creusot. On entend par «laser vasculaire» un laser ayant la capacité de provoquer la sclérose, c’est-à-dire la rétraction de vaisseaux trop dilatés. Au niveau de la peau, ceci correspond à plusieurs maladies, telles que la couperose, les varicosités des jambes ou les angiomes plans, maladroitement souvent appelés «taches de vin».

Moins connues, les radiodermites chroniques se présentent sous forme de placards, de forme souvent géométrique, formés de nombreux vaisseaux dilatés, secondaires à l’irradiation qui a accompagné le traitement du cancer, souvent un cancer du sein. Dans toutes ces circonstances, les lasers vasculaires constituent aujourd’hui une solution de traitement particulièrement intéressante, qui a changé l’évolution de ces différentes maladies.

Les deux principaux lasers vasculaires sont les lasers KTP et les lasers à colorant pulsés. Le traitement doit être réalisé par un médecin formé à cette technique. Le nombre de séances est fonction de l’étendue, de la localisation et du type de chaque lésion.

Pigmentations et tatouages
Les peaux régulièrement soumises aux excès d’expositions solaires vont développer les stigmates d’un capital solaire altéré. Les classiques taches solaires peuvent s’effacer avec des lasers dits déclenchés. Si le résultat est spectaculaire en quelques séances, la prévention reste de mise avec l’utilisation de soins solaires à hauts indices de protection.

Les lasers Q-Switched sont aussi utilisés pour tenter d’effacer des tatouages. Mais autant les tatouages monochromatiques, en général noirs, sont-ils relativement faciles à effacer, sans laisser de cicatrice visible, en 3 à 4 séances, autant les tatouages polychromatiques (le plus souvent plus profonds dans le derme), effectués par les tatoueurs, nécessiteront jusqu’à une dizaine de séances. De plus, certaines couleurs (le vert, le jaune, le bleu turquoise) sont particulièrement difficiles à fragmenter.

Gommer les cicatrices
La correction d’une cicatrice est un motif fréquent de consultation en activité laser. Son traitement peut parfois faire appel à plusieurs lasers. Si les cicatrices d’acné restent les plus répandues, le dermatologue peut être consulté pour des cicatrices d’autres natures, qu’elles soient consécutives à une brûlure, un accident ou un acte chirurgical. Dans la grande majorité des cas, le traitement d’une cicatrice nécessite d’attendre 18 à 24 mois après sa constitution.

Des lasers comme nouvelle arme anti-âge
Différents types de laser ont très largement fait leurs preuves pour lutter contre la couperose, les taches cutanées, les poils sombres indésirables. Actuellement, certains lasers sont utilisés comme nouvelle technique anti-âge. Selon l’énergie émise et le type de longueur d’onde, ils ont plusieurs indications dans le vieillissement cutané. L’énergie émise par certains lasers booste la synthèse des fibroblastes, ces fameuses cellules responsables de la production de collagène.

Dernier laser en date… les lasers fractionnés. Que peut-on en espérer? Une bonne mine dans les jours qui suivent et, 6 mois plus tard, un léger raffermissant et un effet tenseur, l’affinement du grain de peau, l’éclat de la peau et l’effacement des petites ridules; mais attention… les lasers touchent à l’intégrité de la peau et ne doivent être utilisés que de façon contrôlée par des dermatologues formés à ces techniques!

L’évolution des techniques de rajeunissement par le laser s’intensifie. Il s’agit généralement de techniques moins invasives que l’acte chirurgical, qui peuvent surtout être utiles pour corriger le relâchement cutané et les vieillissements légers à modérés.

Prudence!
Le laser est un instrument médical de haute précision. Son utilisation engendre des modifications profondes des structures traitées et il ne peut être correctement utilisé que par un médecin expert de la technique (et tout particulièrement le dermatologue) et de ses indications.

Quel que soit le centre médical qui dispose de laser, de lampe flash, de LED, une consultation préalable au traitement est indispensable pour établir le protocole des soins, son déroulement, les suites opératoires attendues, le prix de la prestation et expliquer les éventuels effets secondaires possibles. L’information est donnée lors de la consultation dermatologique: votre dermatologue vous expliquera le protocole de votre traitement, les effets indésirables possibles (brûlure, douleur, dépigmentation…) et vous précisera les limites de l’acte.

Avant toute séance de laser, précisez à votre médecin tous les médicaments (y compris vitamines et plantes) que vous prenez.

Mycose sévère des ongles: un nouveau traitement au laser
L’objectif du laser est de détruire les champignons avec une température d’au moins 60 degrés. Il s’agit d’un effet thermique. Généralement, une ou deux séances suffisent pour le détruire. Ce nouveau traitement est globalement bien toléré.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone

Articles similaires