NOUVEAU, le pharmacien «de référence» - VivaSanté

NOUVEAU, le pharmacien «de référence»

Maggie De Block et les unions de pharmaciens ont publiquement lancé la fonction de pharmacien de référence. Ou si on préfère, en néerlandais, de huisapotheker, comme on a un huisarts, un médecin de famille.

Le pharmacien de référence incarne le rôle d’accompagnement qu’endosse le pharmacien auprès des patients chroniques. Le pharmacien de référence s’assure que le patient connaît les implications de son traitement médicamenteux et qu’il le prend correctement. En outre, il gère le «schéma de médication».

Depuis le 1er octobre, vous pouvez désigner votre pharmacien attitré. Pour ce faire, vous signerez une convention avec lui. Par patient enregistré, le pharmacien perçoit un montant annuel de 31,80 €. Vous pouvez changer à tout moment de pharmacien de référence, mais le forfait ne sera payé qu’une fois l’an. Le fait de s’être choisi un pharmacien référent n’empêche pas de fréquenter d’autres officines.

Repérage intuitif

A l’origine, la formule avait été pensée pour les patients chroniques de 45 à 70 ans. Les critères ont été adaptés par la suite: un patient peut prétendre à conclure une convention avec un pharmacien de référence dès lors qu’il s’est vu, sur les 12 mois écoulés, délivrer au moins cinq médicaments remboursés, dont un traitement chronique. «En Belgique, il y a 2,7 millions de personnes concernées par la polymédication chronique», développe Fabienne Bryskère, vice-présidente d’Ophaco (Office des Pharmacies Coopératives de Belgique). «Nous estimons qu’environ 10% d’entre eux sont éligibles à une convention pharmacien de référence, soit 200 à 300.000 personnes. On retrouve dans ces 2,7 millions des femmes qui prennent la pilule et ont reçu sur l’année qui précède quelques médicaments, au gré de maladies épisodiques. Ce n’est évidemment pas le groupe ciblé par la mesure.»

«A côté de cela, il y a des patients qui prennent de façon chronique un médicament dont le bon usage doit leur être expliqué soigneusement et/ou à plusieurs reprises, mais n’atteignent pas le total des cinq médicaments sur l’année. De toute évidence, le pharmacien les conseillera avec toute l’attention souhaitable bien que, dans ce cas précis, le forfait ne lui sera pas versé. Nous comptons sur nos membres pour reconnaître les patients qui ont besoin d’un suivi plus poussé.»

Le soutien des Médecins Généralistes

Les associations de MG apportent leur soutien à la démarche des pharmaciens. «Le pharmacien de référence pourra jouer son rôle de superviseur de la médication», a commenté le Dr Roel Van Giel, président de Domus Medica. «C’est une évolution que nous, médecins de famille, suggérions depuis longtemps.»

Share on Facebook5Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone

Articles similaires