On l’appelle le cancer du cœur… - VivaSanté

On l’appelle le cancer du cœur…

L’insuffisance cardiaque est une maladie invalidante et mortelle. Régulièrement confondue avec l’insuffisance coronaire et l’infarctus, elle est très mal connue. 
C’est pourquoi 25 hôpitaux de tout le pays organisent dès le 6 mai 2013 diverses activités de sensibilisation visant à mieux faire connaître cette maladie. 

Mieux la connaître, c’est pouvoir la prévenir et mieux vivre avec elle…
Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque?
L’insuffisance cardiaque est une maladie chronique grave et évolutive, provoquée par l’incapacité du cœur à assurer sa fonction de pompe. Le cœur n’est plus capable de faire circuler le sang dans le corps de façon optimale, il perd sa capacité à irriguer correctement les différents organes.
Comment se manifeste-t-elle?
L’essoufflement et le fait de se fatiguer rapidement sont les 2 symptômes les plus cités spontanément comme signes précurseurs de l’insuffisance cardiaque. 
Très peu de personnes savent qu’une prise de poids soudaine, les pieds qui gonflent et le fait de peu uriner peuvent également révéler l’existence d’une insuffisance cardiaque. Parce qu’elles ignorent les signes et symptômes de l’insuffisance cardiaque, les personnes atteintes arrivent souvent chez leur médecin à un stade avancé de la maladie.
Est-ce dangereux?
L’insuffisance cardiaque est responsable d’une importante altération de la qualité de vie. En effet, le cœur fatigué ne parvient plus à maintenir une capacité d’effort suffisante. 
Avec la progression de la maladie, l’essoufflement apparaît pour des efforts de plus en plus légers et même au repos, en l’absence de tout mouvement, dans sa forme la plus évoluée.
L’insuffisance cardiaque s’accompagne d’un taux d’hospitalisation élevé. Ainsi, elle constitue la première cause d’hospitalisation chez les plus de 65 ans.
Enfin, lorsque la pompe que constitue le cœur défaille totalement, c’est le décès. L’insuffisance cardiaque est associée à une mortalité importante, avec une survie inférieure à celle de beaucoup de cancers.
Est-ce fréquent?
L’insuffisance cardiaque est très répandue en Belgique. La maladie touche environ 200.000 Belges et 15.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, soit près d’une quarantaine par jour. 
L’insuffisance cardiaque touche principalement les personnes à partir de 65 ans. On estime que 4% de la population adulte en souffre, dont 20% chez les plus de 65 ans.
Le nombre de nouveaux cas augmente en raison du vieillissement de la population et de la meilleure prise en charge des infarctus du myocarde. On meurt moins qu’avant d’infarctus du myocarde, mais on survit avec un cœur abîmé qui peut amener à une insuffisance cardiaque.
Les spécialistes s’attendent à un doublement de l’incidence de l’insuffisance cardiaque d’ici 2040. Dans dix ans, elle représentera la première cause de mortalité parmi les maladies cardiovasculaires.
Les causes et les facteurs de risque
L’insuffisance cardiaque peut être due à de multiples causes, dont les deux plus fréquentes sont la maladie coronarienne et l’hypertension artérielle. 
Mais la détérioration d’une valve du cœur, certains virus, la consommation de toxiques (alcool, drogues) ainsi que des causes plus rares peuvent également être à l’origine d’une insuffisance cardiaque. Enfin, dans certaines situations, la cause demeure inconnue.
Plus globalement, une mauvaise hygiène de vie (sédentarité, alimentation déséquilibrée, alcool, tabac) a un effet néfaste sur le cœur et peut également entraîner à long terme une insuffisance cardiaque.
Gravement méconnue
Selon une étude menée par la Ligue Cardiologique Belge, seul 1 Belge sur 4 sait et comprend ce qu’est l’insuffisance cardiaque. Certains la confondent avec d’autres maladies cardiovasculaires, comme l’insuffisance coronaire (cause d’infarctus). 
Globalement, la population belge ne la perçoit pas comme une maladie grave à prévenir et à traiter, et ignore comment modifier son mode de vie pour améliorer sa santé.
Une opération de sensibilisation
À l’occasion des Journées européennes de l’insuffisance cardiaque, 25 hôpitaux belges organisent dès le 6 mai 2013 diverses activités de sensibilisation pour le grand public autour de l’insuffisance cardiaque. 
On doit cette initiative au groupe de travail belge sur l’insuffisance cardiaque (Belgian Working Group on Heart Failure and Cardiac Function ou BWGHF). C’est la première fois qu’autant d’hôpitaux participent à l’action, couvrant ainsi toutes les régions du pays.
L’objectif est également de mettre en lumière le manque de financement de la prise en charge de l’insuffisance cardiaque. Par exemple, l’approche pluridisciplinaire, l’éducation des patients et le dosage du BNP, qui font partie des recommandations nationales et internationales pour cette pathologie, ne sont actuellement pas pris en charge par la sécurité sociale. 
Depuis 7 ans, le groupe de travail belge sur l’insuffisance cardiaque se bat pour cela et espère que ces recommandations seront entendues par les pouvoirs publics pour assurer une meilleure qualité de vie et une meilleure prise en charge des patients souffrant d’insuffisance cardiaque en Belgique.
Le programme d’activités et les coordonnées des centres participants sont disponibles sur:

Les activités de sensibilisation
Dès le 6 mai, les centres proposeront diverses activités, avec entre autres:
– des conférences et débats pour les patients, leurs familles et le grand public sur l’insuffisance cardiaque; 
– des ateliers diététiques; 
– une évaluation personnalisée des facteurs de risque d’insuffisance cardiaque;
– des ateliers d’apprentissage à la Réanimation Cardio-Pulmonaire (RCP) (massage cardiaque) et à
la manipulation de DEA (Défibrillateurs Externes Automatisés disponibles dans les lieux publics tels que les gares);
– …
Qui anime les activités?
Ces activités sont organisées par des professionnels de la santé qui jouent un rôle important dans l’éducation et la prise en charge des patients souffrant d’insuffisance cardiaque.
Il s’agit des cardiologues, qui expliqueront les examens et traitements disponibles, mais aussi des infirmiers spécialisés en insuffisance cardiaque, 
qui jouent un rôle très important dans le suivi et l’éducation du patient, des diététiciens, pour expliquer comment s’alimenter au mieux, des tabacologues pour sensibiliser aux risques du tabagisme sur le développement de l’insuffisance cardiaque avec la maladie coronarienn, et des psychologues, qui parleront des conséquences de la maladie sur la qualité de vie et l’état psychologique du patient.
Des associations de patients seront également présentes, dont «Mon cœur entre parenthèses», la première association des patients insuffisants cardiaques, créée en 2012 (au CHR Citadelle à Liège).
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone

Articles similaires