Santé sexuelle: Ce qu’il faut savoir pour un perfect summer sex! - VivaSanté

Santé sexuelle: Ce qu’il faut savoir pour un perfect summer sex!

This post is also available in: Néerlandais

Sea, sex and sun
chantait Gainsbourg… une libido qui grimpe avec les températures, des
rencontres torrides, une aventure d’un soir… En vacances, redoublez de prudence
pour que votre sexualité continue de rimer avec plaisir!

Le danger est réel!
Transmises par les contacts sexuels non protégés génitaux,
oro-génitaux, ano-génitaux, les infections sexuellement transmissibles (IST)
sont des maladies extrêmement contagieuses. Chaque IST présente un risque et un
degré de gravité différents. L’infection peut être multiple (plusieurs maladies
à la fois), et bien souvent elles récidivent. Même si les recherches
progressent, de nouvelles contaminations par le VIH ont lieu chaque jour et 35
millions de personnes vivent avec le virus dans le monde. Le sida ne doit cependant
pas faire oublier les IST moins médiatisées, comme la syphilis, les chlamydias,
la blennorragie – plus connue sous le nom de chaude-pisse – ou l’herpès
génital. Les infections à papillomavirus (HPV) sont les IST les plus
fréquentes, la gonococcie et la syphilis sont en augmentation. La vigilance est
d’autant plus de mise que les IST augmentent le risque de contamination par le
VIH en fragilisant les muqueuses génitales.
Le préservatif est un impératif!
Le sexe n’est pas moins excitant avec un préservatif! C’est
simplement moins dangereux… Avoir des rapports non protégés (même une seule
fois!) vous expose à un risque d’attraper (ou de transmettre) des IST (infections
sexuellement transmissibles) et autres désagréments. Son efficacité dépend de
sa bonne utilisation et de sa qualité.
Le choisir aussi pour le plaisir
Le préservatif masculin intègre de plus en plus la dimension
plaisir. Texturé, nervuré, parfumé, ultra-transparent, retardant… un large
choix est désormais disponible. La plupart des préservatifs sont prélubrifiés
et il en existe aussi sans latex pour les personnes allergiques. Munissez-vous
de vos préservatifs avant un départ à l’étranger car leur qualité peut varier d’un
pays à l’autre.
Pilule d’urgence, pour situation urgente
Un préservatif qui craque ou une pilule oubliée et c’est vite
la panique après un rapport sexuel lorsqu’une grossesse n’est pas au programme.
Si cette situation se présente… rendez-vous le plus vite possible à la
pharmacie et demandez une contraception d’urgence, plus connue sous le nom de «pilule
du lendemain». Après le lévonorgestrel délivré sans ordonnance, une seconde
pilule de contraception d’urgence, à base d’ulipristal acétate est désormais
librement accessible en pharmacie. La différence entre les deux, c’est en terme
d’efficacité qu’il faut la voir, puisque la pilule à base d’ulipristal permet
de retarder l’ovulation même lorsque celle-ci est imminente. Elle peut donc
théoriquement se prendre jusqu’à 5 jours après le rapport, même si l’on sait
qu’une contraception d’urgence est d’autant plus efficace qu’elle est prise le
plus rapidement possible après le rapport non protégé. Pour le choix de votre
contraception d’urgence, demandez conseil à votre pharmacien en lui indiquant
la date exacte (et l’heure!) de votre rapport sexuel non protégé.
La contraception d’urgence est d’autant plus
efficace qu’elle est prise tôt après le rapport sexuel non ou mal protégé.
 
A savoir sur la contraception d’urgence
– La contraception d’urgence ne protège pas
des infections sexuellement transmissibles ni du sida.
– Les rapports sexuels suivants seront
protégés par une méthode de contraception barrière (préservatif) fiable jusqu’au
début des règles suivantes.
– En cas de nécessité, il n’y a pas de
risque médical à prendre la contraception d’urgence plusieurs fois sur une
courte période.
– Si des vomissements surviennent dans les
trois heures après la prise du comprimé, il est recommandé de renouveler la
prise.
– La prise d’une contraception d’urgence
retarde parfois les règles. En cas d’absence ou de règles inhabituelles, il
faut réaliser un test de grossesse trois semaines après le rapport sexuel non
protégé.
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone

Articles similaires