Y a-t-il une contraception idéale? - VivaSanté

Y a-t-il une contraception idéale?

This post is also available in: Néerlandais

Le but premier de la contraception est d’empêcher de façon réversible et temporaire la fécondation et donc d’éviter une grossesse non désirée. Quitte à utiliser une contraception, on aimerait qu’elle soit la plus efficace possible. 
Mais que veut dire efficace? 
Car la fiabilité théorique d’une méthode contraceptive ne suffit pas à définir sa fiabilité ou efficacité dans la pratique courante. Elle dépend aussi de l’usage que vous en faites. 
Il n’existe donc pas de contraception idéale. Il existe plutôt différents moyens de contraception, adaptés à différents modes de vie. C’est à chaque femme (ou couple) de trouver la méthode qui lui convient et lui semble la plus appropriée.

Avant de choisir une contraception avec votre médecin traitant ou votre gynécologue, il peut être utile de se poser quelques questions. 
Elles concernent:
– l’âge (certaines méthodes ne conviennent pas aux très jeunes femmes qui débutent leur vie sexuelle);
– la présence ou non d’un tabagisme;
– la situation personnelle et affective;
– la fréquence des rapports sexuels;
– le nombre de partenaires;
– le mode de vie;
– le tempérament (les distraites ont des difficultés à prendre une contraception orale de manière correcte);
– la présence ou non de règles douloureuses et abondantes;
– la présence d’affections associées: acné et autres maladies chroniques…
Trouver la contraception la plus efficace pour chacune en particulier, c’est prendre en compte ces différents facteurs et choisir en connaissance de cause.
Quoi qu’il en soit, les méthodes les plus efficaces en théorie et en pratique sont les implants, les stérilisations, les progestatifs injectables, les DIU (dispositifs intra-utérins) et la pilule contraceptive. Efficaces en théorie mais peu efficaces en pratique, le préservatif, les méthodes naturelles, le retrait, le diaphragme, les spermicides, les capes comportent davantage de risques en cas de mauvaise utilisation. 
La contraception hormonale
Les pilules estroprogestatives
Premier moyen contraceptif utilisé dans nos pays, la contraception estroprogestative combine, comme son nom l’indique, deux hormones (un estrogène* et un progestatif*) avec pour objectif de bloquer l’ovulation et de provoquer une atrophie de l’endomètre* et une modification de la glaire cervicale* de telle sorte que les spermatozoïdes ne peuvent ni pénétrer dans l’utérus ni parvenir jusqu’à l’ovaire. Concernant les formes orales, le dosage peut être fixe, ce sont les pilules dites monophasiques, ou variable avec les bi-, tri- ou quadriphasiques.
L’estrogène le plus utilisé pour l’instant est l’éthinylestradiol, un estrogène de synthèse, à une dose comprise entre 15 et 50 microgrammes. Mais il est à présent concurrencé par un estrogène naturel qui, théoriquement, comporte moins de danger sur le plan cardiovasculaire. Côté progestatifs, on en connaît de nombreux, avec des avantages différents.
La contraception estroprogestative est efficace immédiatement…, à la condition d’être prise régulièrement et à heure plus ou moins fixe. Chaque plaquette est composée de 21 ou 28 comprimés, et contient 21 à 26 comprimés actifs et 2 à 7 placebos. Pour les plaquettes de 21 comprimés, il y a une semaine d’arrêt de prise avant de reprendre la plaquette suivante; si vous avez des plaquettes de 28 comprimés, vous recommencez une plaquette suivante immédiatement, sans période d’arrêt. La contraception estroprogestative ne régularise ainsi pas les cycles, mais provoque régulièrement des ‘règles’ artificielles.
D’autres voies d’administration ont été développées: le patch qui dispense les hormones durant 3 semaines consécutives, et l’anneau vaginal, qui doit lui aussi rester en place durant 3 semaines.
La contraception d’urgence
Pour une première prescription, il est utile d’aborder également avec votre médecin la question d’une prescription pour une contraception d’urgence en cas de besoin. Celle-ci peut être non hormonale avec la pose d’un dispositif intra-utérin (mais il faut une consultation pour poser le stérilet), ou hormonale. Deux formulations existent. La plus récente est l’acétate d’ulipristal: son maximum d’efficacité est atteint si elle est prise dans les 24 heures suivant le rapport sexuel à risque; au plus vite au mieux de toute façon! Elle maintient cependant son efficacité jusqu’à 5 jours après le rapport et va prolonger votre cycle de 2 à 3 jours en moyenne. L’efficacité n’est cependant pas de 100% et une surveillance du cycle menstruel est nécessaire. Au moindre doute et/ou retard, il faut réaliser un test de grossesse.
Dr Dominique-Jean Bouilliez
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone